Le Christ a-t-il été crucifié ou un autre ?

L’identité du crucifié

Même si les musulmans et les chrétiens s’accordent sur l’historicité de la crucifixion – une personne était pendue à la croix jusqu’à ce qu’elle soit décédée – ils sont en désaccord sur l’identité de la personne. Les chrétiens croient que la personne crucifiée était Jésus-Christ de Nazareth, le fils de Marie, tandis que pour les musulmans c’était quelqu’un qui lui ressemblait, mais non pas lui-même ! Les musulmans se basent sur le verset suivant du Coran :

Et à cause leur parole : "Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le Messager d'Allah"... Or, ils ne l'ont ni tué ni crucifié; mais ce n'était qu'un faux semblant! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l'incertitude : ils n'en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l'ont certainement pas tué. Mais Allah l'a élevé vers Lui. Et Allah est Puissant et Sage. (4 :157-158)

Une question : Chrétiens et musulmans, comment présentent-ils une preuve pour identifier le crucifié ? 

L’évidence du Christianisme

Les chrétiens attestent que les Evangiles (Matthieu, Marc, Luc et Jean) présentent un témoignage vivant de ce qui s’est passé. Les quatre auteurs étaient des témoins oculaires eux-mêmes sinon des personnes ayant écrit sous la direction des témoins oculaires ou après les avoir interrogés en détail. Jean et Matthieu, deux disciples de Jésus parmi les douze, étaient les témoins oculaires. L’évangile de Marc a été écrit par un disciple proche du temps de Jésus, Jean Marc, sous la surveillance de Pierre, un autre disciple du Christ.  Le nom d’aucun auteur ne s’affiche sur l’Evangile de Luc, mais l’évidence historique pointe sur un docteur qui s’appelle Luc, et qui était le compagnon de voyage de l’apôtre Paul. Même si ce Luc n’a pas été un témoin oculaire de la crucifixion, sa source d’information provient de ceux que « nous ont transmis ceux qui ont été des témoins oculaires dès le commencement et sont devenus des ministres de la parole »  et que Luc a écrit « après avoir fait des recherches exactes sur toutes ces choses depuis leur origine » (NEG 1979).

Les récits des Evangiles ont été écrits durant le premier siècle après Jésus-Christ. Ceci est chronologiquement proche de l’événement de la crucifixion (l’an 33). Les auteurs des Evangiles ont voyagé extensivement en Palestine qui se situe géographiquement près du lieu de la crucifixion.

L’évidence de l’Islam

Les musulmans se basent sur le Coran uniquement au lieu des quatre livres (les 4 récits de l’Evangile). Le Coran n’a pas été écrit par un témoin oculaire de la crucifixion, non plus sous la surveillance d’un témoin oculaire.

Ceux qui rejettent la crucifixion pourraient argumenter que le témoignage du Coran qui nie la crucifixion, a été révélé par Allah. Cet argument, comme c’est le cas de la foi ou de la révélation, n’est pas une réponse, mais une croyance qui ne pourrait pas être un argument juridiquement valable dans la cours de justice. Pourtant les documents concrets peuvent être évalués quant à leur authenticité.

Le Coran n’est pas un document qui contient du matériel d’un témoin oculaire de la crucifixion. Il a été écrit par Mohammed plus de six siècles après l’événement. En outre Mohammed a passé toute sa vie dans la péninsule d’Arabie - avec une distance d’au moins de 1200 km de la Palestine - assez remarquable à cette époque.

(Curieusement, les musulmans basent l’authenticité d’un hadith (les paroles et actes de Mohammed) sur la qualité de sa transmission. Les hadiths les plus fiables sont ceux que le narrateur originel a vu et entendu directement de Mohammed. A la lumière de ce paramètre d’Islam, le récit du Coran sur la crucifixion serait-il crédible ?)

Plus de Questions

  • La confirmation de quatre documents distincts ne pèse-t-elle plus que celle d’un seul document ?
  • Les récits des témoins oculaires n’ont-ils pas plus de valeur que les histoires des personnes qui n’ont pas été les observateurs sur place ?
  • La distance chronologique et géographique de l’événement ne joue-t-elle pas un rôle important en définissant la crédibilité d’une source historique ?

Les Cinq Q’s

Les cinq questions fondamentales sont à poser quand on ramasse l’information pour le journalisme, pour la recherche ou pour l’investigation de police : (1) Qui est le sujet de cette information ? (2) Qu’est-ce qui s’est passé ? (3) Quel a été le lieu de l’événement ? (4) Quand cela s’est passé ? (5) Quelle a été la raison pour ce qui s’est passé ? 

Les réponses claires et détaillées pour ces cinq questions peuvent être trouvées dans les quatre Evangiles (voir Matthieu 26-28, Marc 14-16, Luc 22-24, et Jean 18-20) :

  1. Qui ? La personne crucifiée est Jésus de Nazareth, qui s’appelle le Christ.
  2. Quoi ? Il a été arrêté, interrogé, flagellé et battu. Il a été condamné à mort par la crucifixion. Il est mort et enseveli.
  3. Quel lieu ?   Il a été arrêté dans le jardin de Gethsémané sur la montagne des Oliviers qui est en face de Jérusalem. Son interrogation et son procès initial a eu lieu dans la maison d’Anne, le beau-père du souverain sacrificateur Caïphe, et aussi avec Caïphe et le Sanhedrin devant le temple juif. A partir de là, Jésus a été amené devant Ponce Pilate, le gouverneur Romain de Judée. Il a tenté de faire juger Jésus par Hérode le tétrarque. Celui-ci l’a rendu dans la cours de Pilate qui l’a finalement condamné à mort. Jésus a été crucifié entre deux brigands sur le lieu appelé Golgotha. Son corps a été placé dans un tombeau neuf dans un jardin proche.
  4. Quand ? L’événement a eu lieu durant la semaine de la Pâque (Mars-Avril). Dans l’espace de trois jours Jésus a été arrêté, condamné à mort et crucifié. Son corps a été enseveli avant le coucher du soleil, et il est resté dans le tombeau pendant le jour suivant, le Sabbat juif. Le dimanche Jésus est apparu vivant à plusieurs de Ses disciples.
  5. Quelle raison ? Les chefs religieux des juifs ont considéré Jésus comme un blasphémateur et comme une menace pour la nation. Le gouvernement Romain s’est accordé avec leur demande quant à l’exécution de Jésus pour un gain de soutien de leur part pour maintenir la paix territoriale dans les provinces occupées par l’empire Romain. 

Le récit complet de la crucifixion de Jésus se trouve dans les quatre Evangiles. Ceux-ci ne se contredisent pas même si les perspectives diffèrent de l’un à l’autre.

Dans le cas contraire, le Coran offre seulement une image incomplète et des réponses ambiguës à ces cinq questions : 

  1. Qui ? Selon le Coran (voir 4 :157-158) quelqu’un qui ressemblait au Christ (« un faux semblant ») a été crucifié à Sa place. A part cette ressemblance au Christ, le Coran ne donne aucun autre indice quant à l’identité de la personne crucifiée. Pour cette raison, les commentateurs musulmans sont dans l’étonnement et ils ont suggéré plusieurs personnes possibles avec des histoires à leur sujet. Tout de même ils concluent enfin tous en disant que seul Allah sait, parce qu’ils n’ont à présenter rien de concret pour soutenir leur théorie. 
  2. Quoi dont ? Le Coran mentionne seulement que ce « faux semblant » a été tué à la place de Jésus ; il ne raconte pas de quelle façon cette personne est devenu Son substitut. Etait-il volontaire ou était-il forcé de le devenir ?  Le Christ était-Il conscient de cet échange ; l’a-t-Il accepté ? Malheureusement le Coran ne fournit aucun de ces éléments.
  3. Quel lieu ?   Logiquement le Coran ne nous communique pas le lieu où un faux semblant a été crucifié ni le lieu de la substitution. Le texte du Coran est à ce sujet tellement vague que même la ville de Jérusalem n’est pas indiquée comme le site de la crucifixion, encore moins le lieu où l’échange entre le Christ et ce faux semblant s’est passé.
  4. Quand ? Le Coran n’indique jamais le moment de l’échange entre le Christ et ce « faux semblant » qui aurait pris Sa place.  Etait-ce au moment de Son arrestation ou après son interrogation et Son procès ? L’échange a-t-il eu lieu avant qu’Il ne soit pendu à la croix ? Ou a-t-il eu lieu des jours avant la crucifixion ? Le Coran ne donne pas d’élément pour la discussion, donc les commentateurs ne peuvent que deviner
  5. Quelle raison ? Encore une fois le Coran reste silencieux n’offrant pas une solution quant à la raison pourquoi un substitut aurait pris la place du Christ. Le Coran affirme que « …Allah [Dieu] L’a élevé [Jésus] vers Lui... » Certain érudits suggèrent que Dieu voulait sauver Jésus de la crucifixion. Si Dieu avait voulu sauver le Christ, Il aurait pu Le sauver à n’importe quel moment, et L’élever devant tout le monde sans sacrifier personne à Sa place. 

Une Question : Dans la cours de justice, quel témoignage a plus de valeur – les même réponses détaillées par plusieurs personnes aux cinq questions fondamentales concernant l’histoire ou bien des vagues réponses incomplètes par un seul individu ?

Quelle-est la crédibilité du Coran alors qu’il ne peut fournir les éléments les plus basiques liés à l’histoire ? Si une telle histoire - manquant les cinq éléments clés – n’était publiée par aucun journal sérieux ou même pas par un journaliste débutant, comment pourrait-elle être écrite par Dieu Lui-même ?

Autres Evidences

Les premiers Chrétiens n’ont pas été les seuls à parler ou écrire au sujet de la crucifixion du Christ. Les documents historiques extra - bibliques enregistrent la crucifixion et identifient le crucifié comme étant le Christ :

  • Testimonium Flavianum, écrit par Titus Flavius Josephus (AD 37 - env. 100), un historien juif qui mentionne Jésus-Christ, qui L’a décrit comme « un homme sage » qui  a été condamné à mort et crucifié par les autorités Romaines.
  • La Mort de Pérégrinus, écrit par Lucien de Samosate (env. AD 120 - 180) est une biographie satirique qui ridiculise les chrétiens du fait d’adorer l’homme qui a été crucifié.
  • Annales de Publius Cornelius Tacitus (env. AD 56 - 117), un homme politique et historien Romain fait référence à l’existence et à la persécution du peuple dans l’empire Romain qui s’appelle les Chrétiens. Il fait mention du Christ et de Sa crucifixion sous le règne de Ponce Pilate.

La Question finale : Devrait-on croire le Coran qui affirme qu’un faux semblant - non le Christ – a été crucifié sans pouvoir fournir une preuve, ni de détails, ni un témoignage cohérent venant de l’extérieur OU devrait-on croire les quatre livres composés par les évangélistes qui d’une seule voix témoignent que c’était le Christ qui a été crucifié en utilisant des témoins oculaires et en fournissant des preuves, des détails qui sont soutenus par des témoignages de l’extérieur qui sont cohérents avec ses preuves ?  

Copyright @ 2014 Al-Hayat TV - Gospel for All Nations Series #103-fr