La grâce dans le Coran

Introduction

Cette page est un recueil d'informations sur la grâce pour les Musulmans, du point de vue coranique. Nous vous invitons à consulter votre propre Coran afin de vérifier ce qui suit.

Dans l'islam, le pardon est un sujet important et le Coran l’évoque:

Et que les détenteurs de richesse et d'aisance parmi vous, ne jurent pas de ne plus faire des dons aux proches, aux pauvres, et à ceux qui émigrent dans le sentier de Dieu. Qu'ils pardonnent et absolvent. N'aimez-vous pas que Dieu vous pardonne? et Dieu est Pardonneur et Miséricordieux! (Coran 24:22)

Ceux qui évitent [de commettre] des péchés les plus graves ainsi que les turpitudes, et qui pardonnent après s'être mis en colère. (Coran 42:37)

Cependant, le Coran dit que l'homme doit être qualifié pour soutenir le jugement de Dieu pour ses péchés. Cette qualification repose sur les propres efforts ou encore les bonnes œuvres de l’homme.

Une bonne action l'emporte sur les mauvaises actions

Dans le Coran, les êtres humains sont des pécheurs qui font plus de choses mauvaises que de bonnes choses. Dire qu’une bonne action en annule dix mauvaises résout ce problème:

Quiconque viendra avec le bien aura dix fois autant; et quiconque viendra avec le mal ne sera rétribué que par son équivalent.... (Coran 6:160)

Dans le Coran, nous lisons que Dieu aime ceux qui font du bien et qu’Il n'aime pas ceux qui font du mal. Cela signifie qu'il approuve ceux qui font de bonnes choses et désapprouve ceux qui font de mauvaises choses.

Quant à celui dont la balance sera lourde, Il sera dans une vie agréable; Et quant à celui dont la balance sera légère, Sa mère [destination] est un abîme très profond. Et qui te dira ce que c'est? C'est un Feu ardent. (Coran 101:6-11)

Pour un Musulman, les bonnes actions doivent l’emporter sur les mauvaises actions au Jour du Jugement. Par exemple: Priez une fois et vous pouvez pécher dix fois. Au final, le bilan sera positif. L’idée de la récompense est un principe fondamental de l'Islam. Par conséquent, la justification par les œuvres prévaut. Un musulman n'a pas le choix de croire ou de ne pas croire, de prier, de jeûner, et de témoigner à Allah. C'est une obligation.

La mission de Mohammed

La mission de Mohammed été de nier l'existence de toutes les divinités moindres. Tous les partenaires que les Arabes païens Lui associaient, n'existaient pas et ils n'avaient pas droit à la reconnaissance. Mohammed a enseigné l'existence des anges et des êtres jamais ou ou rarement visibles (djinns). Mais tous doivent leur existence et leur préservation à Dieu. Cette rupture franche d’avec l’idolâtrie fut l’accomplissement suprême de l'Islam. C’est ainsi que Mohammed, a proclama l'unité divine et disqualifia tous les autres cultes, en paroles et en action des partenaires que les Arabes païens associaient à Dieu, le Créateur (Al-Khaliq) et le Celui qui préserve (Al-Hafiz). La mission de Mohammed n'a pas été de proclamer l'existence de Dieu.

La miséricorde est différente de l'amour

Dans le Coran, Allah est le Miséricordieux (Ar-Rahman). Ce nom apparaît plus que tout autre nom dans le Coran. Mais la miséricorde n'est pas la même chose que l'amour. L'amour ouvre une relation équilibrée dans les deux sens tandis que la miséricorde intervient dans un rapport de maître à esclave. La relation entre Mohammed et Dieu n'était pas l'amour intime qu’un père donne à son fils. C'est pourquoi Mohammed n'a jamais appelé Dieu «père». La relation entre Mohammed et Dieu était un rapport de serviteur à maître, comportant l'obéissance mais non pas l'amour.

La grâce

Par définition, la grâce est une faveur non méritée. Dieu considéra l'homme alors qu'il avait péché et était sans espoir dans le monde. La relation avec du Musulman avec Dieu est telle qu'il ne peut pas connaître Dieu personnellement. Dieu est très éloigné, et il est au-dessus des relations personnelles. La loi est le fondement de l'Islam, et elle doit être accomplie. Les Musulmans vivent sous la loi. Celle-ci remplit toute leur vie. Les bonnes œuvres sont la clé du pardon dans le Coran. Les humains sont capables de se racheter en faisant amende honorable de leurs fautes. C'est le concept du salut dans le Coran. Un musulman n'a pas d'assurance du pardon de tous ses péchés:

Ceux qu'ils invoquent, cherchent [eux-mêmes], à qui mieux, le moyen de se rapprocher le plus de leur Seigneur. Ils espèrent Sa miséricorde et craignent Son châtiment. Le châtiment de ton Seigneur est vraiment redouté. (Coran 17:57)

Dans le Coran, Dieu est ne peut pas être connu. Les 99 attributs d'Allah nous apprennent ce que Dieu n'est pas, mais ne nous renseignent pas sur ce qu'il est. Il n'est pas possible d'être libéré des exigences accusatrices et des fardeaux oppressants de la loi. Il n'est pas possible dans l'islam de ne plus vivre sous la loi, mais dans la grâce.

Votre position

Il est nécessaire que vous compreniez comment vous pouvez être sauvé par la grâce de Dieu. Le Coran prône la position extrême du gain du pardon par les œuvres de l'homme. Est-ce là tout ce que nous pouvons dire sur le pardon et la grâce?

Oui? Alors, il n'y a aucun espoir si vous êtes un grand pécheur et ne savez pas comment sortir de cet état.

Non? Il y a de l'espoir et de la joie pour un pécheur convaincu: une leçon de l'amour de Dieu: La grâce dans l'Injil.