Comment savons-nous de qui Moïse a parlé ?

Il est nécessaire d’avoir plus de précisions, car autrement beaucoup de personnes pourraient s’approprier ces paroles. Dieu n’est pas un Dieu de confusion mais un Dieu de paix. Il a fait plus de 270 promesses dans la Torah avant d’établir la nouvelle alliance entre l’homme et Son Créateur. Prenons trois exemples parmi ces prophéties, par le prophète Esaïe tous écrits env. 700 av. le Messie :

-chp 7 (versets 13, 14)

-chp 9 (versets 2 et 6)

-chp 53 (v. 1 -5)

Esaïe 7: 13 Ecoutez donc, maison de David! Est-ce trop peu pour vous de lasser la patience des hommes, Que vous lassiez encore celle de mon Dieu?
14. C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille (vierge) deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d'Emmanuel.

Quand Esaïe parle du Messie qui devait naître d’une vierge, les choses se précisent, car ce n’est pas tout le monde qui nait ainsi. Un mot – clé dans ce passage est le terme Emmanuel. Ce mot Hébreu signifie « Dieu avec nous » . Qu’on l’accepte ou non, ce sont les faits.

Esaïe 9: 2 Le peuple qui marchait dans les ténèbres voit une grande lumière; sur ceux qui habitaient le pays de l'ombre de la mort une lumière resplendit. […]
6. Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule; on l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.

Cette prophétie semble raffermir la précédente, mais apporte également la notion de paix !!! Cette paix que nous pouvons recevoir par la nouvelle alliance instituée par Dieu !

Esaïe 53: 1. Qui a cru à ce qui nous était annoncé? Qui a reconnu le bras de l'Eternel?
2. Il s'est élevé devant lui comme une faible plante, comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée; Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n'avait rien pour nous plaire.
3. Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas.
4. Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié.
5. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.

La révélation se dévoile davantage. Notre paix avec Dieu s’obtient par le sacrifice expiatoire du messie. En mourant à notre place, celui-ci s’offre comme un substitut pour notre culpabilité.  Mais les juifs, ainsi que beaucoup d’autres, ont eu du mal à croire, malheureusement. Car cette promesse concerne toutes les familles de la terre !

Comment cela s’est réalisé ?